etudiants

C’est le pari de Wei Xiaoyong, un professeur de sciences informatiques de l’Université de Sichuan : décrypter les émotions de ses étudiants pendant les cours, afin de savoir si ces derniers sont stimulés ou ennuyés. Avec pour finalité l’adaptation des cours, ou de la méthode d’apprentissage.

 

L’expérience, qui a porté sur plus de 300 élèves, s’est révélée concluante et a conquis en cascade d’autres universités chinoises. Elle suit également une tendance qui se généralise en Chine : de l’identification lors d’un retrait à un ATM, aux carrefours pour verbaliser les piétons peu disciplinés, quand ce n’est pas chez KFC où l’historique des commandes s’affiche à l’arrivée du client pour cerner ses préférences.

Sous réserve que les employés soient aussi disponibles à voir leurs émotions scannées, cette pratique pourrait bientôt son entrée dans les entreprises. Il suffit d’imaginer ce qu’une évaluation en temps réel de l’intérêt ou de l’engagement, mais aussi d’un nombre incroyable de variantes positives (passion, empathie, euphorie, …) ou négatives (mépris, jalousie, duplicité…).

 

Cet article a été initialement publié sur HR One : http://www.hrone.lu/actualites/la-reconnaissance-faciale-pour-monitorer-lennui-en-entreprise