Après plusieurs scandales globaux liés aux émissions de CO2, les promesses et programmes résultant des COP 21, 22, 23 puis 24… mais aussi avec une représentation « verte » plus importante au sein du nouveau gouvernement luxembourgeois, la tendance à développer une mobilité à la fois électrique, alternative et douce continue son bonhomme de chemin au Grand-Duché. Retour sur quelques-unes des initiatives mises en place sur notre territoire visant à transformer les habitudes des résidents et frontaliers, mais surtout à améliorer leur quotidien.

« Le dernier kilomètre »

Le développement des P+R au Luxembourg a aujourd’hui pour but de favoriser la stratégie dite des « derniers kilomètres », faisant la part belle à la combinaison des moyens de transports, ou multimodalité. Cette approche promeut une facilité d’accès à ces parkings, pour les résidents, mais aussi pour les frontaliers : généralement situés dans des zones moins congestionnées, ils leur permettent de se rendre sur leur lieu de travail via un réseau de bus remanié depuis l’arrivée du tram, ou directement via Luxtram. Ce dernier justement, a connu une année 2018 pleine de promesses, traversant désormais l’Avenue Kennedy dans le quartier du Kirchberg pour arriver jusqu’à la place de l’Etoile. Mois après mois, et avec une fréquentation qui ne fait qu’augmenter, il se rapproche du centre-ville et de la gare. En moyenne, et depuis son lancement en décembre 2017, le tram transporte chaque jour plus de 23 500 passagers. Mieux encore, le Luxembourg a annoncé la gratuité des transports en commun au 1er mars 2020, favorisant une nouvelle fois leur utilisation. Une mesure poussée par le Ministre de la Mobilité, François Bausch, qui depuis sa prise de fonction en 2013 au sein du premier gouvernement Bettel n’a eu de cesse de tenter de fluidifier le trafic en proposant de nouvelles solutions de mobilité et en collaborant avec ses homologues français, allemands et belges, notamment. « L’Introduction de la gratuité du transport public est une mesure sociale importante, l’on peut dire la cerise sociale sur le gâteau d’une stratégie globale pour une offensive multimodale », a expliqué François Bausch.

Les experts de la mobilité et du leasing au Luxembourg, notamment ALD Company Bike – avec la possibilité de proposer à ses employés d’inclure des solutions de mobilité douce dans le package salarial – et KBC Autolease, misent désormais sur des leasings vélos tous types ainsi que sur les trottinettes électriques. A Luxembourg-Ville, mais aussi à Hesperange et Strassen, depuis fin 2018, 50% des stations vel’OH ! sont équipées du système à assistance électrique. Ces nouveaux vélos, munis de 3 vitesses, ont une autonomie de 30 à 40 km, avec le niveau de charge de la batterie indiqué en temps réel sur le guidon. Enfin, pour les CFL, les projets sont eux aussi nombreux, entre la création de nouveaux quais pour une gare de Luxembourg régulièrement saturée et l’arrivée de 34 nouveaux trains régionaux à grande capacité et commandés auprès de l’un des leaders européens, Alstom.

Toujours dans le but de proposer des solutions de mobilité flexibles et destinées à effectuer des courts trajets, les CFL, qui sont décidément sur tous les fronts de la mobilité, ont lancé «Flex», un service de carsharing à proximité des gares luxembourgeoises. La flotte, en service depuis septembre 2017, est composée en partie de véhicules électriques, et plus précisément de BMW i3, qui affichent une autonomie de 200km, auxquels il faut ajouter une réserve d’une centaine de kilomètres.

Favoriser une mobilité propre

Afin de promouvoir l’électromobilité et de favoriser son développement au Grand-Duché, le gouvernement est revenu en ce début d’année sur les aides financières destinées aux acquéreurs de véhicules électriques. Ce nouveau programme gouvernemental remplace l’ancien modèle des incitations fiscales par un nouveau modèle de subventions ciblées. En effet, depuis le 1er janvier 2019, une prime de 5000 euros peut être attribuée aux conducteurs éco-responsables pour l’achat d’un véhicule neuf 100% électrique ou à pile à combustible à hydrogène. Une prime pouvant aller jusqu’à 500 euros est quant à elle prévue suite à l’achat de certains motocycles ou cyclomoteurs, neufs et 100% électriques. Aussi, pour permettre le développement d’une telle mobilité propre, le réseau Chargy a été déployé au Grand-Duché depuis maintenant plus d’un an et demi. Actuellement, un total de 277 bornes Chargy et Chargy-OK sont opérationnelles et accessibles au public. Puis, pour l’année 2019, les gestionnaires ont planifié l’installation de 200 nouvelles bornes, afin de couvrir la quasi-totalité du territoire national. Si les sociétés privées commencent à opter pour des véhicules propres, la Police Grand-Ducale a également entamé une politique d’électrification : après s’être offert deux Tesla Model S à l’automne dernier, la police a réceptionné en ce début d’année plusieurs Volkswagen e-Golf. Serve & Protect… and Inspire ?