Au Luxembourg comme aux quatre coins du monde, le cancer reste l’une des principales causes de décès. Malgré les nombreuses avancées médicales et la recherche, qui ont permis d’améliorer de manière significative la santé des patients atteints de la maladie, ce sont près de 2.500 cas qui sont répertoriés chaque année au Grand-Duché. Parmi eux, 120 cas de mélanome, la forme de cancer de la peau la plus grave, sont diagnostiqués tous les ans. Un chiffre qui ne devrait cesser d’augmenter selon l’OMS. Nouvel espoir, l’arrivée au Luxembourg d’une nouvelle classe d’immunothérapies avec le pembrolizumab, un anti-PD-1 : ce traitement innovant est désormais disponible et remboursé pour les patients atteins de mélanome avancé.

« L’immunothérapie a le potentiel d’augmenter la survie sur le long terme et d’améliorer la qualité de vie des patients. L’arrivée des anti-PD-1 dans le traitement du mélanome avancé donne un nouvelle espoir à ceux dont la vie ne tient plus qu’à un fil » s’enthousiasme le Dr. Guy Berchem, Oncologue médical au CHL Luxembourg, Président de la Société Luxembourgeoise d’Oncologie (SLO) et du nouvel Institut National du Cancer (INC).

Ce nouvel espoir fait donc suite à l’approbation réglementaire en juillet dernier du pembrolizumab, produit du laboratoire MSD (Merck Sharp & Dohme), par la Commission européenne, laquelle s’est basée sur des données cliniques menées chez plus de 1.500 patients atteints de mélanome avancé en traitement de première intention et traités préalablement. Le pembrolizumab a reçu l’approbation réglementaire de la Commission européenne basée sur des données de Phase 3. Ces dernières ont montré que le pembrolizumab constitue la première et seule thérapie anti-PD1 apportant un bénéfice en termes de survie statistiquement supérieur en tant que monothérapie par rapport à l’ipilimumab, une norme actuelle en matière de soins contre le mélanome avancé.

MSD rappelle la longue marche nécessaire à tout processus d’innovation médicale qui a abouti à cette mise à disposition pour les patients luxembourgeois d’un traitement révolutionnaire. « Le laboratoire MSD est fier de sa contribution à la lutte contre le cancer en mettant à disposition des patients, le plus rapidement possible, une thérapie innovante qui a fait ses preuves dans le mélanome avancé » déclare Dr. Isabelle Mayné, responsable médicale oncologie, MSD Belgique et Luxembourg.

L’immunothérapie est en effet une nouvelle arme contre le cancer : elle booste le système immunitaire pour qu’il puisse retrouver son rôle initial : attaquer la tumeur cancéreuse sans endommager les cellules saines. Cette nouvelle approche thérapeutique permet de produire des résultats durables chez un grand nombre de malades atteints d’un mélanome métastasé. Il s’agit d’une importante innovation, car certains cancers, bien que traités avec la chimiothérapie (apparue dans les années 1940), offraient très peu d’espoir. C’était notamment le cas du mélanome pour lequel la durée médiane de survie était d’une année à peine.

Grâce à cette nouvelle classe d’immunothérapies, si un patient atteint de mélanome avancé survit 3 années, le risque lié à la maladie est quasi nul. Cette nouvelle approche thérapeutique ouvre ainsi de nouvelles perspectives dans le traitement du cancer et suscite un nouvel espoir pour les patients.

La lutte contre le cancer est une priorité pour l’état luxembourgeois et pour la Ministre de la Santé, Lydia Mutsch ; preuve en est la mise en œuvre du Plan National Cancer (PNC) 2014-2018 en septembre 2014. Cette phase active d’implémentation mobilise 116 acteurs du secteur de la santé au Grand-Duché.