Pour cette nouvelle édition d’Urban BEAST, Dominique Godard, fondatrice des crèches L’Enfant Roi au Grand- Duché de Luxembourg, aborde avec nous les trois piliers de la pédagogie : l’autonomie, la liberté et le mouvement. Bien accompagné, mais laissé libre de ses mouvements et de ses choix, l’enfant devient plus autonome et acquiert une confiance en lui qui l’accompagnera toute sa vie.

 

Les enfants, accompagnés par des éducateurs bienveillants, bénéficient d’une grande liberté au sein de leur espace de vie, ce qui leur permet de laisser se développer leur autonomie. Pouvez-vous nous en dire plus ?

L’autonomie est un des trois besoins fondamentaux de l’enfant au même titre que la liberté et le mouvement.

Il est très important de souligner que, si les éducateurs sont présents pour l’enfant en tant que guides bienveillants, ils ne doivent jamais entraver son mouvement. Ils ont un véritable rôle d’accompagnateur sur le chemin de l’autonomie et de la liberté.

Le matériel Montessori présent au sein de nos crèches occupe une place prépondérante dans cette acquisition de l’autonomie et de la liberté. Autocorrectif, il va permettre à l’enfant de contrôler l’aboutissement de son activité. Il sera toujours libre de choisir son travail et d’y consacrer autant de temps qu’il le voudra. Et, s’il a besoin d’être guidé, il pourra toujours compter sur la disponibilité d’un éducateur.

 

Au quotidien, comment cette liberté peut-elle s’exprimer au sein de vos crèches ?

Les trois besoins de l’enfant, la liberté, l’autonomie et le mouvement sont intrinsèquement liés les uns aux autres.

Dans toutes les activités que l’enfant va entreprendre, son autonomie va être favorisée d’une part par la grande diversité de tâches qu’il pourra accomplir (dresser la table, cirer des chaussures, presser une orange…) et d’autre part par l’entretien de l’ambiance dans laquelle il va évoluer.

Dès leurs premiers jours à la crèche, les enfants vont être libres de leurs mouvements : tout est mis à leur disposition afin d’encourager cette autonomie. Au Nido par exemple, groupe qui accueille les enfants de 2 à 24 mois, on applique la motricité libre. Cela consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements afin qu’il puisse faire ses acquisitions de manière autonome. Tout le mobilier est d’ailleurs à sa taille et répond à ces besoins de liberté et d’autonomie, il n’y a pas de barrière qui pourrait minimiser son mouvement.

En Communauté Enfantine et en Maison des Enfants, les meubles sont tous également à hauteur d’enfant et les activités à leurs portées. Ainsi, encore une fois, il est totalement libre de ses choix et de ses mouvements.

Un dernier exemple : dans les dortoirs, les enfants se reposent dans des lits qui sont à même le sol. C’est un élément qui interpelle parfois, mais qui répond parfaitement à cette logique de ne pas réduire les déplacements de l’enfant : il est libre d’aller dans son lit et de le quitter selon ses besoins. Bien évidemment, une éducatrice est toujours présente pour veiller sur les enfants durant leur sommeil.

 

Comment, grâce à cette autonomie, les enfants peuvent-ils laisser leur créativité s’exprimer ?

À nos yeux, chaque enfant est considéré comme une personne à part entière, unique, avec sa personnalité et ses besoins propres. Notre responsabilité est de nous adapter à chaque enfant avec une approche individuelle. Dans l’ambiance, différents plateaux d’activités vont permettre aux enfants d’expérimenter des techniques et de mener des observations. Le processus créatif dans lequel ils peuvent s’inscrire est alors très important, il l’est même plus que le résultat. Le plaisir qu’il va ressentir en réalisant son activité, le temps qu’il va dédier à ces découvertes, autant qu’il en faudra, vont permettre à l’enfant d’exprimer pleinement sa créativité, en toute liberté et en toute autonomie.

Ces expérimentations vont lui permettre d’acquérir une grande confiance en lui, indispensable au développement du futur adulte qu’il sera.

 

Quel est le discours tenu aux parents quant à ce besoin de liberté et d’autonomie ?

Il est important de souligner que nous ne tenons pas de discours prédéfini aux parents, tout simplement parce que chaque enfant a des besoins singuliers qui sont respectés dans chacune de nos structures.

Bien souvent, nous allons rassurer les parents sur un point très important : si la liberté et l’autonomie de l’enfant sont primordiales et sont toujours respectées par les accompagnants, elles s’inscrivent dans un environnement sécurisé et sécurisant. C’est à l’intérieur de ce cadre sécurisé que l’enfant va pouvoir s’exprimer librement.

Ce sont plutôt les parents qui reviennent vers nous, et qui tiennent des discours similaires. Ils constatent que leur enfant évolue et qu’il reproduit les expérimentations de la crèche à la maison. Ce sont des faits qui émerveillent les parents et qui les amènent au constat suivant : leur enfant est en train d’acquérir cette autonomie et cette liberté indispensables à son épanouissement.

 

Quels sont les conseils que vous prodiguez aux parents en termes d’autonomie et liberté ? Comment réagissent-ils ?

Régulièrement, les parents nous contactent parce qu’ils sont en demande de conseils. En effet, ils constatent l’évolution de leur enfant au quotidien et ont la volonté de ne pas entraver le développement de leur autonomie, de leur liberté et de leur mouvement.

Généralement, nous leur donnons des indications sur la façon d’aménager la maison pour permettre à l’enfant de poursuivre ses apprentissages. Ils peuvent être très simples : faciliter l’accès de l’enfant à un point d’eau, pour se préparer le matin tout seul ; lui permettre de faire ses propres choix concernant sa tenue vestimentaire et le laisser s’habiller tout seul ou encore mettre à sa disposition un portemanteau à sa taille, afin qu’il puisse ranger ses affaires lorsqu’il rentre de la crèche. D’autres agencements sont possibles, il s’agit là bien entendu d’une liste non exhaustive.