Si les codes ont changé, il n’empêche que certains métiers et nous n’évoquerons pas les professions dites «à uniformes» sont tenues par un dress code particulier.

A CHAQUE CORPS DE MÉTIER, SON UNIFORME

LES COLS BLANCS

Monde de la Finance et des affaires en tête de liste. Peu de fantaisie octroyée : le costume pour lui et le tailleur pour elle sont incontournables. Smart en toutes occasions.

Nos conseils : on fait son shopping dans du haut de gamme pour un tombé parfait. On le choisit bien ajusté, voire ultra fité pour rester stylé malgré tout. On aime aussi le sur-mesure. Du côté des couleurs, bleu marine, gris, noir et blanc, avec pourquoi pas une touche plus légère pour la chemise. Chaussures toujours nickel et bien cirées, et talons moyens de rigueur. Pour accessoiriser, on mise sur des belles pièces : montre de luxe, carré en soie.

LES RELATIONNELS

Ce sont les métiers où l’on est en contact avec des clients, comme les métiers de l’hôtellerie, de la restauration, de la vente ou de l’immobilier. Il y a aussi les secteurs où l’on est constamment face au public : administration, enseignement. Un seul impératif : être toujours impeccable, sans excentricité et renvoyer une image en adéquation avec l’entreprise. Si le dress code est moins sévère, on reste dans le chic, voire casual chic. L’été arrivant, monsieur pourra se laisser aller à un chino pour changer du sempiternel jean, T-shirt et blazer. Easy chic sans trop en faire. Madame, elle, a bien sûr plus de possibilités. On aime aussi le look jean- blouse en soie-blazer, qui fait toujours mouche. Si on mise sur la jupe, on garde une longueur au genou.

Notre conseil : Friday wear, on associe la jupe droite avec des baskets et un t-shirt.

LES CRÉATIFS

Bienvenue au royaume de la barbe, de la chemise à carreaux, des baskets quel que soit le jour, des tatouages et des couleurs funkys. Bref, bienvenue chez les hipsters. Si la devise serait plutôt no dress code, les codes sont en réalité assez établis. On va même plus loin puisque l’image serait le reflet de la créativité. Normcore, oversize, et sneakers, avec un vestiaire mixte et interchangeable.

Le free-lance quant à lui peut aussi travailler en pyjama. Le privilège de ne pas sortir de chez soi. Ou pas.