pret luxembourg

Etape importante dans la vie des (jeunes) adultes, le premier achat immobilier n’est cependant pas un long fleuve tranquille. Paperasse, difficultés administratives, rendez-vous interminables chez de nombreux banquiers, mais également aides de l’Etat auxquelles vous pouvez avoir droit, Urban BEAST vous propose une checklist pour vous accompagner dans vos démarches d’achat immobilier.

 

L’évaluation de votre solvabilité est bien entendu la première étape. Que vous souscriviez votre prêt immobilier auprès d’une banque, d’un organisme de crédits ou bien auprès d’un autre type de créanciers, ces acteurs sont libres d’accepter, et donc également de refuser, votre demande de prêt. Comment ces organismes évaluent-ils votre capacité à rembourser ? Sachez également qu’il est possible d’obtenir un prêt immobilier auprès d’organismes en dehors de votre pays de résidence, tant qu’il s’agit d’un pays de l’UE. Bien entendu, le pays dans lequel vous travaillez et/ou résidez va influencer la manière dont le créancier va évaluer, et in fine, vous accorder votre prêt immobilier. Toutefois, il ne peut pas opérer de discrimination entre les citoyens de l’Union européenne sur la seule base de la nationalité. Celui-ci doit ainsi se baser sur votre situation financière (vos actifs, dettes, revenus, etc) et sur la valeur du bien immobilier que vous souhaitez acquérir, et qui servira de garantie à votre prêt.

Une fois que le créancier vous propose une offre, il est fortement conseillé de faire jouer la concurrence, ce qui vous permettra de comparer les offres. En effet, lorsqu’il vous remet son offre, l’organisme de prêt doit communiquer une fiche européenne d’information standardisée – ou FEIS – visant à fournir les informations complètes sur les conditions du prêt proposé : le montant du prêt ainsi que sa durée, le type de taux d’intérêt appliqué, le montant total à rembourser, le TAEG – taux annuel effectif global -, puis tous les frais à acquitter ou encore les conditions et frais facturés en cas de remboursement anticipé.

Une fois l’offre obtenue, et selon les règles de l’Union européenne, le créancier doit accorder un minimum de 7 jours pour vous laisser le temps de l’évaluer. Selon le pays où vous contractez le prêt, cette période peut également être un délai de réflexion pour vous laisser le temps de déterminer si l’offre convient et/ou une période durant laquelle vous pouvez finalement renoncer au contrat de crédit que vous venez de signer.

 

Solliciter une aide directe en capital auprès de l’Etat

Nous savons désormais que pour accorder un prêt immobilier, les créanciers exigent de nombreuses garanties. Si un potentiel acquéreur n’est pas en mesure de les fournir, il peut, sous certaines conditions, bénéficier d’une garantie de l’Etat, et ainsi contracter un prêt au logement. La garantie de l’Etat porte sur la partie du prêt qui dépasse les 60 % du coût total de l’investissement sans pour autant pouvoir dépasser les 30%. Le montant maximum de la garantie de l’Etat ne peut dépasser la somme de 131630,625 euros correspondant en 2011 à l’indice moyen annuel de 702,03 de l’indice des prix de la construction.

Il est également possible d’obtenir de l’Etat luxembourgeois une aide en capital. Cette prime qui peut varier entre 250 et 9 700 euros est fixée en fonction du revenu et de la situation familiale du demandeur. Elle ne peut être accordée qu’une seule fois au même bénéficiaire et est versée directement à l’organisme qui a consenti le prêt pour le financement du logement.

Une prime d’épargne afin de financer le logement peut aussi être accordée au créancier : cette aide en capital, dont le montant correspond aux intérêts et primes bonifiés à la date de l’octroi du prêt hypothécaire, est envisageable sous réserve que 90% des avoirs soient utilisés pour le financement du logement. Ne pouvant être accordée qu’une seule fois, elle ne peut pas dépasser la somme de 5 000 euros.

 

Quelques avantages fiscaux indirects

Sous certaines conditions, le contribuable peut déduire les intérêts débiteurs liés à l’acquisition ou à la construction de l’immeuble, située au Luxembourg ou à l’étranger, lors de sa déclaration d’impôt sur les revenus.

L’acquéreur, et donc contribuable, peut déduire de ses revenus soumis à l’impôt certaines dépenses effectuées durant l’année, et notamment les cotisations versées dans le cadre d’un contrat d’épargne-logement sont déductibles fiscalement sous certaines conditions. Celui-ci doit être souscrit en vue de financer la construction, l’acquisition ou la transformation d’un appartement ou d’une maison utilisés pour les besoins personnels d’habitation, y compris le prix du terrain.

 

pret2