A l’heure où les séries télévisées sont plus nombreuses et populaires que jamais (FX Networks a dénombré un record de 409 séries diffusées en 2015), lebinge-watching est plus qu’un marathon occasionnel de visionnage, c’est devenu une pratique courante, régulière, voire nécessaire. L’apparition des séries produites par les plateformes de VOD telles que Netflix ou Amazon Video n’a pu qu’accélérer le développement du binge-watching en dévoilant d’un seul coup une saison complète de séries le plus souvent originales. Quelles séries se prêtent donc le mieux à cette pratique ?

De toute évidence, il s’agira de ces fameuses séries contenant un fil rouge, une mythologie, des rebondissements et les fameux cliffhangers de fin d’épisode ou de saison, créant chez le spectateur le besoin de regarder la suite. Ainsi, on pourra mettre de côté des procédurales tels que CSI, NCIS, et autres Law & Order ; généralement des enquêtes policières en tous genres suivant le cahier des charges classiques d’une affaire par épisode. Ces séries peuvent néanmoins présenter un fil rouge dans le développement de leurs personnages principaux, souvent une histoire d’amour qui se développe sur plusieurs saisons voire l’intégralité de la série. Le même principe peut s’appliquer aux sitcoms de type Friends, How I Met Your Mother, The Big Bang Theory, dont on regardera volontiers plusieurs épisodes à la suite mais qui finiront par lasser puisque la formule et la structure restent les mêmes d’épisodes en épisodes.

Les précurseurs

On peut difficilement faire plus fil rouge que l’enquête fantastiquement étrange de l’agent du FBI Dale Cooper dans la petite bourgade de Twin Peaks, peuplée d’habitants non moins étranges dans une ambiance dramatique et mystérieuse pour un thriller inquiétant et prenant avec de bonnes touches d’humour. Venez passer quelques 30 épisodes dans l’univers déroutant de David Lynch avant les nouveaux épisodes censés arriver l’année prochaine, soit 26 ans après la fin de la série.

En parlant de revival, pensez également à revoir l’intégrale de The X-Files (9 saisons, 2 films), la série qui aura trouvé le parfait compromis entre les épisodes de procédure « monstre de la semaine », le fil rouge du complot gouvernemental visant à cacher la vérité sur les extra-terrestres et l’évolution de la relation entre les agents Mulder et Scully. Horreur, mystère, humour, drame souvent dans un même épisode, vous assisterez à l’évolution de la télévision avec cette série qui a défini les années 90 et ouvert la voie aux années 2000.

Les game-changers

Les années 2000 marquent l’avènement des séries addictives tels que 24 : neuf saisons de 24 épisodes se déroulant en temps réel. On suit à chaque saison une journée horrible de la vie de Jack Bauer tentant de neutraliser des terroristes au rythme effréné de scènes d’action et d’interrogatoires jouissifs, faisant de la série un énorme divertissement au suspense sans fin dont le fameux tic-tac de fin d’épisode représente une véritable torture pour le spectateur agrippé à son canapé.

Dans le même genre de suspense frustrant qui marque chaque fin d’épisode, on retrouve Lost, série énigmatique qui n’aura de cesse que de perdre les spectateurs les moins patients qui ne supporteront pas six saisons de questions dont certaines n’ont pas de réponses. Qualité de l’écriture, jeu des acteurs et développement des personnages sont ici les véritables qualités d’une série phénomène souvent incomprise et qui mérite d’être redécouverte pour ses personnages et non pour ses mystères.

On ne pourra passer à côté des séries plus sombres et plus « adultes » diffusées sur les chaines câblées telles que The Sopranos ou The Wire. Entre les difficultés du mafieux Tony Soprano pour conjuguer organisation criminelle et vie de famille ou les relations entre flics et voyous de Baltimore, les intrigues de ces séries dramatiques sont plus structurées et maitrisées, tout comme leurs personnages, beaucoup plus travaillés et réalistes.

Les rouleaux compresseurs

Vers la fin des années 2000, Breaking Bad fait figure de modèle de série à « binge-watcher » : en cinq saisons et 62 épisodes, l’intrigue pleine de rebondissements, de suspense, de scènes choquantes est menée sans concession. Le créateur de la série opère en totale liberté afin de livrer sa vision de l’histoire : un professeur de chimie, père de famille lambda découvre qu’il est atteint d’un cancer et devient peu à peu un trafiquant de méthamphétamine pour subvenir aux besoins de sa famille une fois qu’il sera mort. La véritable fin de la série est une récompense précieuse pour un spectateur qui aura investi beaucoup de temps et d’émotion dans ce drame.

Attendons de voir si The Walking Dead se décide à finir avant que l’on se lasse des horreurs incalculables que vivent Rick Grimes et sa petite bande de survivants dans ce monde. La plupart des fans suivent bien entendu ces aventures semaine après semaine, un épisode à la fois, mais pour les non-initiés, le binge- watching s’impose tant la série est addictive.

L’une des séries les plus populaires actuellement est bien entendu Game of Thrones, série fantastique qui suit une lutte pour le pouvoir déclinée en conflits politiques et familiaux d’une foule de personnages plus intéressants les uns que les autres pris dans un torrent de cruauté, de violence et de sexe. Si vous pensez que ce n’est pas pour vous, laissez-vous tout de même tenter par les premiers épisodes : soit vous détesterez, soit vous allez vite rattraper votre retard de cinq saisons de dix épisodes.

Les nouveaux joueurs

Parmi les séries issues des plateformes VOD et dont l’intégralité d’une saison est disponible d’un seul coup, rendant ces séries immédiatement « binge- watchables », on peut citer Orange is the New Black, comédie dramatique qui suit les expériences vécues par son héroïne en tant que détenue dans l’univers carcéral américain. Les femmes sont de plus en plus mises à l’honneur avec la récente première saison de Jessica Jones, série dérivée de l’univers Marvel mais qui se démarque totalement de l’aspect super- héroïque pour se focaliser sur les traumatismes vécus par ses personnages sur fond d’enquête à l’ambiance sombre à l’image de son héroïne. Sa série « sœur », Daredevil, est déjà plus orientée super-héros mais se rapproche également de l’enquête policière sur le crime organisé à New York. Sombres et percutantes, ces séries mettent l’accent sur les conflits intérieurs de leurs personnages et ne tombent jamais dans la facilité ou le cliché. On appréciera également Narcos, une plongée dans l’univers des cartels de la drogue dans les années 80, dans laquelle on assiste à l’ascension fulgurante de Pablo Escobar et à la difficulté du travail des agents de la DEA pour le faire tomber. Passionnante et addictive, cette série se déroule sans temps morts et reste très proche de la réalité, donnant parfois l’impression d’assister à un docu-fiction.