Il fallait au moins 100.000 signatures pour espérer être une nation reconnue par les Nations Unies, une première nation extraterrestre : le lancement du projet Asgardia a incontestablement fait l’actualité ces derniers jours. Si l’idée du scientifique russe Igor Ashurbeyli voit le jour, Asgardia devient donc la première nation spatiale indépendante, un moyen comme un autre de contourner le traité de l’espace, régulant le droit des nations dans ce domaine.

 

Un du composantes principales, Urbocop, sera dédié à la protection de la Terre des astéroides la menaçant potentiellement dans le futur, via le lancement d’un satellite dès 2017 ou 2018.Mais il est aussi question d’y offrir la nationalité asgardienne (sans avoir la possibilité d’y résider toutefois pour le moment) et une plateforme de collaboration scientifique libre de toute entrave économique, ou morale. Un système auto-régulé par ses concitoyens donc.

En quatre jours, la barre des 320.000 signatures a été dépassée. L’exode spatial commencé a.