Aussi loin que l’on se souvienne, le Luxembourg a toujours été féru de technologie et d’innovation, et même… de science-fiction. Des générations d’inventeurs, d’industriels et de scientifiques ont, au fil des décennies, contribué à placer le Grand-Duché sur la carte des nations les plus remarquables. Ces dernières années, les efforts ont redoublé sous l’impulsion de politiques visionnaires en matière d’infrastructures, de synergies entre secteurs, mais aussi de quelques «coups» retentissants à mettre à l’actif d’investisseurs, de startups et d’une génération d’experts pressés d’exploiter au mieux les niches encore à leur disposition. Puis Amazon, Skype, EuroDNS et de nombreux autres se sont remis à créer ce qu’une nation toute entière attendait depuis 30 ans et qui manquait depuis l’apparition de RTL et de SES: de la matière.

« ICT Spring Luxembourg, le 10 et 11 mai 2016 – Save the date »

Un détonateur évènementiel

Lorsque l’on souhaite cristalliser l’attention de milliers de décideurs et d’influenceurs internationaux afin d’accélérer une tendance, amplifier une notoriété ou un élément particulier d’un nation branding, rien de tel qu’un détonateur évènementiel.

Il y a 7 ans, avant l’avènement d’un WebSummit porté par une diaspora, un écosystème et des liaisons aériennes en pleine expansion, le benchmark européen était sans conteste incarné par LeWeb, initié par Loïc LeMeur: le patron de Google y côtoyait celui de Renault, la capitale française déroulait le tapis rouge à grands renforts de réceptions privées, les marques s’y pressaient et l’idée de créer Uber germait dans l’esprit de visiteurs échaudés par la conduite des taxis parisiens. Un cercle vertueux, mais aussi un coup de jeune pour la carte postale parisienne.

« Les stars du web convergent vers le Kirchberg »

ICT Spring fut créé au Luxembourg avec la volonté d’offrir au pays son sommet du web. Passées les hésitations des débuts, on y croisera les fondateurs de Skype et de Wikipedia, des acteurs comme Christophe Lambert, les stratèges marketing de Facebook, des émissaires de Twitter ou d’Electronic Arts.

Initialement tourné vers les infrastructures, le cloud et le gaming, l’événement se transformera, avec l’aide de ses sponsors et du gouvernement, pour prendre ses marques dans le domaine digital (avec Vogue, Dailymotion et Warner Bros., notamment), les ressources humaines (LinkedIn) et bien sûr le FinTech, réunissant un plateau d’intervenants stars et de startups surprenantes, autorisant la création d’une signature européenne, et saturant au passage la capacité hôtelière du pays avec plus de 5.200 visiteurs venus de 72 pays différents en 2015.

La contagion aux autres secteurs

En quelques années, la transformation digitale a rapidement tourné à l’obsession et les incubateurs se sont mis à fleurir au Luxembourg. Investir dans l’innovation est devenu une mode, une passion, une aventure, tout autant qu’une alternative à une vie professionnelle prévisible et à des prix de l’immobilier délirants. La volonté des jeunes générations de réformer un monde dirigé par des gens qui ne les comprennent pas n’est pas pour rien non plus dans cet engouement.

La linguistique est désormais massacrée dans les textos et le vocabulaire business lui-même est bousculé: on se fait disrupter, ubériser. Aucun secteur, aucune entreprise, aucune carrière n’est plus à l’abri. Les modes de consommation – donc de distribution et de paiement – ont changé. Mais aussi la façon de recruter, d’attirer et de retenir des talents liés à l’accès et à la diffusion des informations, aux rencontres, au tourisme, à l’éducation, la création, le financement, la construction, …

L’avènement d’un printemps 2.0

2016 sera une année charnière pour ICT Spring, avec un programme dense pour les marketers (Cannes Lions, Disney, Canal+ et Publicis sont déjà confirmés) et les technophiles, avec un circuit de conférences pour les DRH, un autre pour les financiers, ultra- choyés par un agenda FinTech unique en Europe.

Et puis, parmi les nouveautés, un SpaceForum inédit. Car la prochaine révolution étant à nos portes, autant l’anticiper. Elle vient de très haut: de l’espace. Espace qui, depuis dix ans, attire les convoitises d’Elon Musk, de Richard Branson, de Mark Zuckerberg, de Jeff Bezos et de tous ceux qui savent depuis longtemps que ce qui se trame aujourd’hui là-haut n’est ni plus ni moins que la maîtrise de la sécurité, de la mobilité et de l’accès à l’information.

Le Luxembourg en a eu très tôt l’intuition, en s’investissant dans l’industrie des satellites notamment. Mais aujourd’hui, la vision de notre futur proche qui en résulte doit être partagée, débattue et nos entreprises éduquées à un formidable potentiel qui, sans cela, ne représenterait qu’une obscure menace.

Le Luxembourg en a eu tôt l’intuition, dans les satellites notamment, mais aujourd’hui cette vision du futur proche doit être partagée, débattue, et nos entreprises éduquées à ce potentiel, qui sinon ne sera qu’une menace.

Investir dans l’éducation

L’éducation, vaste débat. Car le machine learning, les robots et l’intelligence artificielle sont déjà là, à notre disposition, parfois à notre insu. Plus proche de nous, plus concrets et plus humains sont les étudiants issus d’une centaine de grands campus européens qui convergeront vers le Grand-Duché, le 10 mai prochain, pour disputer la Morpheus Cup, une compétition entre universités et grandes écoles unique au monde. Cette compétition attire chaque jour de jeunes talents venant de plus en plus loin pour découvrir ce que leurs futurs employeurs ont à leur offrir … et inversement. Jean-Jacques Dordain, directeur sortant de l’Agence Spatiale Européenne, Philippe Pouletty, co-créateur du cœur artificiel Carmat et Paul Helminger, que l’on ne présente plus, seront membres du Jury de la Morpheus Cup, parmi une dizaine de personnalités mondiales.

Il y a aura bien sûr quelques robots, déambulant dans les allées. Business, Entertainment, Art, Science et Technologie : un mélange inspirant, au cœur d’une expérience lecteur qu’ICT Spring vous propose de transformer en expérience visiteur les 10 et 11 mai 2016. Save the Date ! 

Les réservations sont ouvertes :
S’inscrire sur ICTSpring.com