Sergueï Brin et Larry Page, les deux fondateurs de Google, Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, Jimmy Wales, le créateur de Wikipédiales plus grands entrepreneurs ont fréquenté une école Montessori. Ces méthodes se développent depuis plus d’un siècle, notamment au Luxembourg. Dix règles d’or, une stimulation de la créativité et des environnements harmonieux, telles sont quelques-unes des bases de l’approche montessorienne. Dominique Godard présente à BEAST les bienfaits de ces méthodes sur la créativité des enfants.

Les fonctions créatives ou d’imagination créative apparaissent très tôt chez l’être humain. Quels sont les premiers signes perceptibles ?

L’enfant a tout d’abord besoin d’harmonie autour de lui. Il s’agit d’une des bases de la pédagogie Montessori. Chaque pièce de vie, ou « ambiance », doit être agencée de façon à faciliter les apprentissages et en totale harmonie de couleur. La Communauté Enfantine est rouge : nappes, vaisselle, cache-pots, car les fleurs et les plantes sont très présentes dans nos ambiances. Par contre, pour ne pas brimer la créativité des enfants et des bébés, qui peuvent nous rejoindre à partir de 3 mois, nous ne peignons pas les murs, qui restent blancs. De cette façon nous n’attirons pas l’attention des enfants vers ces murs, mais plutôt vers les objets qui les entourent. Nous fixons notamment des tableaux représentant des animaux, des paysages, ou des créations d’artistes (La mère à l’enfant, de Picasso, notamment). Ces tableaux sont fixés au mur, à une hauteur variant selon l’âge de l’enfant (pour les bébés, ils sont à 30cm du sol), toujours en respectant cette harmonie.

Ensuite, dès que l’enfant arrive à ramper, il va automatiquement manipuler. Nous remarquons que de très jeunes enfants, âgés d’environ 9 mois, se mettent à ranger et à ordonner le matériel à leur disposition. C’est très impressionnant. Maria Montessori a observé, dans l’évolution de l’enfant, des périodes durant lesquelles il apprend sans aucune contrainte. Ces périodes, dites « sensibles » illustrées ci-dessus, est celle de l’ordre. Cette période dure jusqu’à 2-3 ans, elle est au cœur de l’apprentissage.

Quelles seront les activités créatives qui découleront de ces premières activités de découverte ?

Plus tard, les enfants seront capables de manipuler, de réaliser des activités de modelages et de peinture. La peinture se fait tout d’abord debout, sur un chevalet ou directement sur papier au mur. En se tenant debout, les enfants peuvent plus facilement développer la motricité de leur poignet, étape très importante pour l’apprentissage de l’écriture qui arrivera quelques mois plus tard. Une activité doit toujours amener à une autre, et in fine, à l’apprentissage des pré-requis. Lorsqu’ils sont plus âgés, ils ont à leur disposition des plateaux d’art avec feuilles, crayons, et différents matériels pour l’expression artistique. Le travail ne leur est pas mâché, nous ne sommes pas dans la production, ce qui a parfois tendance à frustrer les parents. Je pense également aux activités sensorielles et à une en particulier : les barres rouges, qui font travailler la discrimination des dimensions. Les enfants placent ces barres, mesurant de 10cm à 1m, en forme d’escargots. Ils pourront ensuite remplir les endroits dits « vides » avec perles, coquillages, etc. Ils réaliseront ainsi une activité mettant leur sensibilité artistique en lumière. Et bien d’autres exemples …. Les enfants sont très spontanés et très concentrés sur de genre de travail. Quelques années plus tard, lorsqu’ils entrent à l’école Maria Montessori, ils ont accès à une salle d’art, dans laquelle nous utilisons les techniques d’Arno Stern. Pendant la seconde guerre mondiale, M. Stern venait en aide aux enfants défavorisés.

Il a créé une technique de peinture debout, dans laquelle il décrit la Trace. Son approche s’abstient de toute interprétation subjective et révèle une manifestation appelée «la Formulation». Les préceptes de Stern et de Montessori se rejoignent en de nombreux points.

Comment protéger et développer ces dons créatifs ?

A l’Enfant Roi, nous suivons l’approche montessorienne. Le meilleur moyen de protéger cette créativité chez l’enfant est de lui offrir une ambiance propice. Celle-ci doit être physique, avec tout le matériel à leur disposition, mais également psychologique. Pour cela, nous formons nos éducatrices, pour qu’elles soient constamment bienveillantes. Il faut absolument éviter les violences institutionnelles, de type « tu as le nez sale ». L’éducatrice s’approche de l’enfant, de face, et lui mouche simplement le nez en lui expliquant ce qu’elle est en train de faire. En effet, le décalogue que Maria Montessori a écrit est une bible pour nous : nous ne devons pas porter de jugement, qu’il soit négatif ou positif ! L’enfant travaille pour lui. Cette spontanéité est la clé de leur bonheur: certains enfants sont extrêmement doués et dessinent des animaux ou paysages avec des détails extraordinaires. L’adulte ne doit pas briser ces élans créatifs en jugeant les productions des enfants. Un jugement négatif peut avoir des conséquences qui perdureront à l’âge adulte et peuvent créer un blocage.

Autre moyen de développer cette créativité, le mélange des âges, si cher à Maria Montessori (0 à 3 ans, 3 à 6 ans, 6 à 9 ans et enfant 9 à 12 ans). Le principe est le suivant : les petits apprennent des grands, et les grands apprennent aux petits. Cette étape est primordiale et travaille énormément l’entraide. Nous respectons ce principe dans les crèches et dans notre école où un enfant en première année de maternelle va rester 3 ans dans la même classe, et aura donc 3 ans pour assimiler et acquérir les connaissances pour intégrer la classe primaire primaire.

Le principe est similaire en crèches : les Nidos rassemblent des enfants âgés de 3 mois jusqu’à la marche assurée, soit environ 24 mois. Après le Nido, ils évoluent dans les Communautés Enfantines, jusqu’à l’âge de 3 ans. C’est dans ces groupes qu’une grande partie du développement psychomoteur et sensoriel s’acquiert. Le raffinement sensoriel est travaillé avec le matériel de vie pratique également est mis en place dans ces modules.

De 3 à 4 ans, les enfants peuvent intégrer, si les parents ne souhaitent pas qu’ils rejoignent directement une école maternelle, la Maison des Enfants ou l’accent est mis sur les apprentissages intellectuels, comme la lecture, la géométrie, la géographie, etc… Après leur passage à l’Enfant Roi, les enfants peuvent intégrer, à 3 ou 4 ans, n’importe quelle école du pays, car ils auront déjà travaillé l’apprentissage des langues.

Quelle sera l’actualité des crèches l’Enfant Roi en 2016 ?

Lorsque nous avons ouvert la crèche dans le quartier du Kirchberg, nous avons connu une situation inédite : la crèche était complète, soit 84 enfants inscrits, avant même d’ouvrir. Cela requiert un très important travail d’intégration et d’adaptation pour les enfants, mais également pour les éducatrices. Les parents nous sollicitent, dans ce quartier où le nombre de jeunes parents au travail est important et c’est pour cette raison que nous ouvrirons une nouvelle structure dans ce quartier. Nous réfléchissons également à d’autres projets. La Cloche d’Or est une zone en fort développement, mais beaucoup de paramètres rentrent en compte. L’endroit où L’Enfant Roi s’installe est primordial. Les bâtiments abritant nos crèches à l’Atrium, Findel et Kirchberg, sont aux dernières normes en matière de sécurité, isolation, niveau sonore, etc. L’environnement extérieur et notamment l’absence de bruit sont centraux lorsque nous souhaitons développer une crèche. De plus, elles doivent être facilement accessibles pour les parents, afin que ces derniers puissent se rendre au travail rapidement, avec le moins d’embouteillage possible et sans trop polluer. Les dimensions parentale ou environnementale sont des paramètres essentiels également dans notre démarche.

LE DÉCALOGUE DE MARIA MONTESSORI

  • Ne touchez jamais l’enfant sauf s’il vous y invite (d’une manière ou d’une autre).
  • Ne dites jamais du mal d’un enfant en sa présence ou en son absence.
  • Concentrez votre effort à renforcer et à aider le développement de ce qui est positif en l’enfant.
  • Mettez toute votre énergie dans la préparation du milieu, prenez en soin d’une façon méticuleuse. Aidez l’enfant à établir de bonnes relations avec le milieu. Montrez-lui où se range le matériel et indiquez-lui comment il doit s’en servir.
  • Soyez toujours prêt(e) à répondre à l’appel de l’enfant qui a besoin de vous, écoutez, répondez toujours à l’enfant qui a recours à vous.
  • Respectez l’enfant qui a fait une erreur et qui peut se corriger de lui-même mais arrêtez fermement et immédiatement tout mauvais usage du matériel et toute action qui met en danger cet enfant, son développement ou les autres enfants.
  • Respectez l’enfant qui se repose, qui regarde les autres travailler, réfléchit à ce qu’il fait, veut faire ou fera. Ne l’appelez pas et ne le contraignez pas à une autre forme d’activité.
  • Aidez ceux qui cherchent une activité et qui n’en trouvent pas.
  • Présentez inlassablement des activités à l’enfant qui les a refusées auparavant. Aidez-le à acquérir ce qu’il n’a pas encore et à surmonter ses imperfections. Faites tout ceci en animant avec soin le milieu, en ayant volontairement une attitude réservée, en usant de mots aimables, en étant une présence aimante. Faites que votre présence et votre disponibilité soient ressenties par l’enfant qui cherche et demeurent cachées à celui qui a déjà trouvé.
  • Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur de ce dont vous disposez.

3 LIVRES À LIRE POUR STIMULER LA CRÉATIVITÉ DE VOS ENFANTS

  • L’enfant
    Maria Montessori
  • L’esprit absorbant de l’enfant
    Maria Montessori
  • Une nouvelle compréhension de l’art enfantin
    Arno Stern