Le nude et le smoky eyes vous ont lassé ? Envie de vous démarquer à l’occasion d’une soirée spéciale ? Les backstages des catwalks vont se révéler une mine (presque) inépuisable d’inspiration. Passage en revue de détails, mais pas n’importe lesquels.

Jeu de calligraphie

Le liner au ras des cils ? Oubliez. En 2016, le trait ne vient plus seulement souligner le regard, mais constitue une part intégrante du make-up, pour un résultat graphique sinon carrément théâtral. Il se déplace sur la paupière, pour en souligner le creux, voire sous l’œil pour un effet Pierrot du XXIe siècle.

Le liner au ras des cils ? Oubliez. En 2016, le trait ne vient plus seulement souligner le regard, mais constitue une part intégrante du make-up, pour un résultat graphique sinon carrément théâtral. Il se déplace sur la paupière, pour en souligner le creux, voire sous l’œil pour un effet Pierrot du XXIe siècle.

Rainbow eyes

2016 signe la mort du nude et du smoky eyes. (Même s’il est de bon ton de les conserver pour aller travailler). Cette saison, place à la couleur. Toutes les palettes et l’arc-en-ciel seront sollicités. On les travaille en aplat sur la paupière, version color-block. Pour un rendu encore plus accentué, on s’inspirera du défilé Jill Stuart, et on l’appliquera de façon à créer un halo coloré tout autour de l’œil. On aime aussi l’idée d’associer ombre à paupières et mascara de la même couleur pour un effet monochrome.

Quant aux couleurs dont il faudra se parer, on peut tout oser. On notera tout de même que le bleu et les couleurs pastel ont eu un franc succès sur les catwalks. De notre côté, on avoue un gros coup de cœur pour le fuchsia et l’orange, ultra vitaminés. La version soir sera augmentée de paillettes pour leur petit côté disco fever qu’on aime tant. Coup de cœur pour le violet glitter vu chez Manish Arora.

Cils de vamps

Alors qu’on a, des décennies durant, veillé à travailler ses cils en jolies franges bien rangées, sans paquet, juste en misant sur longueur et volume, les make-up artists ont fait la révolution cette saison. Oubliez toutes vos idées préconçues en la matière et amusez-vous. Tel sera le credo du maquillage des cils en 2016. On ose tout, sans mesure et sans retenue. Les faux cils déments, les extensions, et, surtout, le mascara jusqu’à l’overdose. Une seule règle, qu’ils soient ultra travaillés. Influences baby doll, manga ou Twiggy, cils oversize, voire effet pattes de mouche… Plus on les voit et mieux ce sera !

Lagon bleu

Très connotée eighties, l’ombre à paupière bleue signe son grand retour cette saison. Quelle que soit sa nuance, on la travaille en total look, pourquoi pas même jusqu’à l’arcade sourcilière. La bonne nouvelle est que le bleu s’accorde à toutes les couleurs d’iris. Aucune raison de ne pas y succomber. Les plus excentriques tenteront la version glitter, comme sur les shows Giambattista Valli. Nous on aime le turquoise, qui se révélera absolument sublime sur une peau mordue par le soleil.

50 nuances de rouge

La bouche, c’est le nouveau smoky eyes. Lèvres coquelicot, vermillon ou lie de vin, ce sera le rouge dans toutes ses nuances qui sera à l’honneur cette saison. On le préfère donc au rose. Mat, satiné ou glossy, peu importe, tout est permis, pourvu que la bouche soit le centre d’attention de tous les regards.

On l’associe donc à un regard nude, sans le moindre maquillage (on omet même le mascara), et à une mine sunkissed pour l’effet bonne mine, comme sur le défilé Zac Posen.

Gold fever

Loin d’être bling-bling, l’or a fait son come back sur les podiums. Vu sur le défilé Prada, la bouche gold fait également partie des hits de la saison, et brillera sur tous les dancefloors. Elle crée à elle seule un look surprenant, mais qui saura faire son petit effet. On aime son côté dramatique et théâtral. En contrepartie, on l’associe à un make-up ultra naturel.

Mais l’or a aussi infusé le teint, comme sur le défilé Alberta Ferretti. On aime le côté glow de ce teint mordoré, doré tout en finesse et en subtilité.